Adoptez un carnet

Dans ce billet, je vais vous expliquer comment commencer un Bullet Journal. Si vous n’avez pas lu l’article précédent (Mon journal a des puces), je vous conseille d’y jeter un coup d’œil avant de poursuivre. Cet article est assez long et illustré, n’hésitez pas à vous mettre à l’aise pour le lire.

Je suis convaincue qu’il vaut mieux s’en tenir au système proposé par Ryder Caroll pour démarrer. Des adaptations et des évolutions pourront venir par la suite, mais il est important de découvrir d’abord la démarche originale. C’est pourquoi je ne me sers pas de mon propre journal pour l’illustrer : mon BuJo s’est éloigné de la méthode d’origine sur certains points. J’ai donc construit un modèle fictif pour servir d’exemple.

Le matériel

Équipez-vous d’un carnet et un stylo, c’est tout ce qu’il vous faut pour vous lancer. N’importe quel cahier autour des formats A5 et A4 pourra convenir. Plus petit, les pages ne seront pas assez grandes pour y faire tenir les infos dont on a besoin. Plus grand, il devient trop encombrant (à mon goût en tout cas). Pour ma part, j’ai commencé avec un tout simple cahier Clairefontaine 17x22cm petits carreaux et ça fonctionne très bien. J’en utilise d’ailleurs toujours un pour mon BuJo professionnel (oui, j’ai un autre journal pour organiser mon travail). Quand je suis arrivée au bout de mon premier tome de Bullet Journal, je me suis fait un petit plaisir. J’avais envie d’un carnet relié avec des points à la place des carreaux (ça permet d’avoir des repères quand on trace un cadre et visuellement, c’est moins invasif). Après beaucoup d’hésitation sur la taille, j’ai finalement opté pour un très chouette Leuchtturm 1917 A4 pointillé avec les pages numérotées et j’en suis ravie. Le grand format laisse beaucoup de place pour faire de chouettes mises en page. Mais pour le prochain j’opterai peut-être pour une taille plus petite, toujours chez Leuchtturm : la version A5 pour le côté pratique quand je le fais suivre en voyage.

couvertures
Les 2 tailles de Leuchtturm 1917

Pour le stylo, il faut choisir celui qui vous va bien, celui qui vous permet d’écrire de la façon qui vous plaît le plus. Une chose à laquelle il faut veiller : adapter son stylo à la qualité de papier du carnet (ou l’inverse…) pour éviter que l’encre ne bave trop de l’autre côté de la feuille quand on écrit.

L’index

Maintenant que votre matériel est prêt, ouvrez votre carnet. Si vous le souhaitez, vous pouvez consacrer le premier feuillet pour faire une page de garde, mais rien ne presse, vous pourrez y revenir plus tard. Pour l’instant, réservez simplement une page si besoin. Je vous conseille de laisser également une page pour la légende. Laissez-la vierge également.

Nous allons commencer à travailler sur la page suivante. Il s’agit de l’index. Il suffit pour l’instant d’inscrire le titre :

index

Par la suite, chaque page devra être numérotée et inscrite dans l’index pour être plus facilement retrouvée. Il faut laisser au moins 2 pages pour l’index.

Les événements futurs

La double page suivante est consacrée aux événements futurs. On inscrit le titre et on trace 6 cases pour les 6 mois qui viennent (on exclut le mois en cours qui fera l’objet de la double page suivante) :

evenements_futurs

On peut alors commencer à renseigner les événements et tâches des mois concernés. Il suffit de noter les éléments, avec leur date et leur heure (s’il y a lieu) au fur et à mesure qu’ils se présentent, sans se soucier de l’ordre chronologique.

evenements_futurs_complete

La page du mois

La double page suivante correspond à la vue du mois en cours. On inscrit le titre en haut, puis en colonne à gauche les date (juste le numéro) et l’initial du jour :

septembre

Sur la page de gauche, on va pouvoir inscrire les événements de chaque jour. A droite, on va noter les tâches du mois.

septembre_complete

Les entrées quotidiennes

C’est, je trouve, le cœur du BuJo. Ces pages recueillent et font circuler l’organisation et les informations. Il suffit d’ouvrir le carnet à la première page libre, d’inscrire la date du jour et de décider ce qui est important ce jour-là : tâches à accomplir, idées à noter, souvenirs à pérenniser… C’est aussi là qu’on trouve la plus grande diversité selon les utilisateurs.

lundi_5_septembre

C’est à la fois libérateur et un peu effrayant de tout mettre pèle-mèle. J’ai eu du mal à vraiment commencer à prendre des notes dans mon BuJo. J’avais peur, je crois, de ne plus m’y retrouver. Et puis c’est venu petit à petit et maintenant ça se fait tout naturellement.

Les bullets

Les bullets, qui donnent leur nom à ce système, sont les « puces », comme dans Word, qui permettent de rendre les différents éléments plus lisibles. Dans la méthode proposée par Ryder Carroll, on trouve les bullets suivantes :

  • un simple « . » pour une tâche à réaliser. Il va se transformer par la suite en :
  • un « X » pour une tâche accomplie
  • un « > » pour une tâche migrée (on en reparlera)
  • un « < » pour une tâche planifiée à une autre date
  • un « O » pour un événement. Par exemple, un rendez-vous ou une réunion
  • un « – » pour une note

Certains signes peuvent aussi venir compléter une bullet : « les signifiants »

  • une « * » va indiquer une importance particulière. PAr exemple, « * . » introduit une tâche prioritaire.
  • un « ! » met l’accent sur un élément inspirant
  • un oeil ou une loupe indique un élément à explorer

Si un élément n’est plus d’actualité, il suffit de rayer proprement la ligne pour l’annuler.

Avec ces éléments, nous pouvons rédiger une légende sur la page que nous avons laissée libre à cet effet :

legende

Si vous hésitez et que vous souhaitez tester les bullets avant d’inscrire définitivement la légende, vous pouvez toujours l’écrire sur un post-it et le coller sur la page concernée en attendant.

Les collections

Quand on veut rassembler des informations autour du même thème, il suffit d’aller à la page libre suivante et d’écrire un tire et les éléments concernés. Ryder Carroll nomme ces pages des collections. De nombreuses informations peuvent faire l’objet d’une collections : projets, idées de cadeaux, livres à lire, séries à regarder… Tous les thèmes qui sont importants pour vous peuvent trouver leur place ici.

livres_a_lire

Retour à l’index

Les pages que nous avons utilisées jusque là doivent être numérotées. Il suffit maintenant de reporter dans l’index tous les collections ainsi créées :

index_complete

La migration

Quand un jour est terminé et qu’on prépare le suivant, c’est le moment de faire le bilan de la journée écoulée, de noter si on le souhaite quelques moments dont on souhaite se souvenir. Il reste peut-être aussi des tâches non réalisées. Il est intéressant de s’attarder sur les raisons qui ont empêché leur mise en œuvre : manque de temps, de motivation, conditions non réunies. Sont-elles encore d’actualité ? Si une tâche est pertinente, elle peut être migrée au lendemain  ou à une date ultérieure (via la page du mois). Sinon il suffit de la rayer d’un trait. Si une tâche ne vaut pas la peine d’être écrite, c’est soit qu’elle ne vaut pas le temps qu’elle va vous demander, soit qu’elle sera tellement vite faite qu’on a autant de la réaliser immédiatement.

mardi_6_septembre

Le même principe s’applique quand un mois ou un carnet se termine, quand une collection devient un peu trop « fouillis ». Cette phase de migration est très importante, car elle permet de faire un bilan sur la période concernée et de réévaluer nos objectifs.

A vous de jouer !

J’espère que cette présentation vous a donné envie de tester le BuJo et je vous remercie de l’avoir lue jusqu’à la fin. Je serai vraiment ravie que vous me fassiez signe si vous décidez de sauter le pas. Un commentaire ici , un petit mot sur Facebook, un mail à ernilie@ernilie.com. Vous pouvez aussi faire connaître le blog autour de vous.

La série Bullet Journal ne s’arrête pas là, mais je vais vous laisser un peu de temps pour apprivoiser ce nouvel outil. En attendant, le prochain article sera consacré à la lecture. Pour être averti(e) de la mise en ligne des billets, inscrivez-vous à la newsletter.

Portez-vous bien !

Ernilie signature

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Si cet article vous a plu, merci de le partager ! Vous pouvez nous suivre sur Facebook ou sur Twitter. Pour être averti(e) de la mise en ligne de nouveaux articles et podcasts, inscrivez-vous à la newsletter. LES NOUVEAUX ARTICLES SONT MAINTENANT PUBLIÉS SUR laviechoisie.com Portez-vous bien,

8 Replies to “Adoptez un carnet”

  1. Bonjour Ernilie,

    J’ai toujours aimé écrire, et comme toi, j’adore l’organisation. C’est pourquoi ton article sur le BuJo m’intéresse. En revanche j’ai une question. J’utilise personnellement un agenda où je note aussi les évènements à venir, les RDV, les choses à faire etc. La différence est que je n’utilise pas les bullets, qui sont très intéressantes, et je n’ai pas de « pêle-mêle » où je note les livres à lire, les films à voir etc. Et c’est vrai que dans un agenda, il n’y a pas d’index.

    Ma question est la suivante: Comment faire un BuJo alors que j’utilise déjà un agenda où je note des choses? En clair, comment ne pas faire de doublon?

    1. Merci Nonam(e),
      J’ai lu quelque part que le Bullet Journal, c’est comme les patates, on peut tout faire avec. Mais ça ne veut pas dit qu’on doit tout faire avec. Dans cette article, j’ai essayé de rester la plus fidèle possible au système original, mais :

      • on est pas obligé de tout utiliser
      • on peut faire d’autres choses avec un BuJo que ce que j’ai présenté ici
      • je n’utilise pas mon BuJo forcément comme cela pour tout

      Je pense faire quelques articles sur différentes façons d’adapter le système à ses propres besoins.
      Perso, je n’utilise pas réellement mon BuJo pour gérer mon planning. Essentiellement parce que j’utilise un agenda en ligne partagé avec mon époux et que je tiens à cette coordination. Par contre, dans mon BuJo, je note sur les pages mensuelles les événements non récurrents qui auront un impact sur l’organisation forcément délicate d’une famille de 5 personnes très actives. Pareil dans les entrés quotidiennes finalement. Je ne vais pas parler de l’entraînement hebdomadaire d’athlé du jeudi, mais de la réunion de classe qui tombe en même temps et qui nécessite de s’organiser différemment des autres jeudi pour récupérer les enfants.
      J’espère que ça répond à ta question.

  2. Tout à fait, merci 🙂

    Je me suis acheté un carnet, et je pense commencer mon BuJo en notant déjà tout ce que je ne note pas dans mon agenda … nous verrons bien l’évolution !

    Merci!

    1. ça me fait plaisir de voir que je t’ai donné envie de te lancer !

  3. J’en attaque un en ce moment même 🙂

    1. Je suis ravie que ça t’es plu !

  4. Salut!
    Un excellente amie à moi m’a dirigée vers ce nouvel outil d’organisation. Je suis très mal organisée, très peu motivée pour tout dans la vie et même ce qui me passionne, et j’ai tendance à procrastiner énormément (c’est le TDAH ça…). J’ai d’hors et déjà commencé un BuJo en suivant l’exemple de Ryder Caroll et le tien.
    Je voulais te dire un grand merci pour cet article très bien fait dans lequel j’ai trouvé d’autres précisions fort intéressantes comme les différentes sortes de « bullets ». Tout ça me redonne un petit peu espoir, je dois dire. Peut-être ne suis-je pas indécrottable, finalement!
    Bonne continuation! 🙂

    1. Bonjour,
      Merci pour ton message ! ça fait plaisir de voir que ce que j’écris est utile et ça m’encourage à continuer.
      Ernilie

Laisser un commentaire