Défi méditation

J’avais prévu de parler de lecture dans cet article. Et puis j’ai ouvert mon Bullet Journal et réalisé qu’on est déjà fin septembre. C’est le moment de revenir sur les objectifs de ce mois et de réfléchir à ce que j’ai envie de faire avancer en octobre. Mon principal défi en septembre, c’était bien sûr le lancement de ce blog, tout en gérant boulot, famille et intendance… Avec 7 articles déjà parus (et encore un à venir), je considère que je m’en suis bien sortie. Pour octobre, je me donne comme objectif de garder ce rythme de publication de 2 articles par semaine, le mardi et le vendredi, soit 8 articles supplémentaires. Je voudrais aussi faire quelques améliorations sur le blog, je vous en reparlerai en temps voulu. Plus personnellement, il y a une envie qui me titille depuis un moment : retrouver une pratique quotidienne de méditation.

J’ai découvert la méditation avec le yoga, il y a quelques années. J’y ai appris beaucoup sur moi, sur mon corps, sur mes émotions et il y a un paquet de choses que je n’envisage plus de la même façon depuis. Et puis j’ai eu un enfant de plus. Et puis le créneau horaire du yoga ne collait plus dans mon emploi du temps (ou je n’étais pas assez motivée pour organiser l’emploi du temps de la famille en fonction…). Et puis j’avais envie d’avoir une autre approche que celle proposée par l’instructrice qui officiait dans les communes alentour. Et puis je me disais que j’arriverai à garder une pratique toute seule chez moi et j’y suis parvenue. Pendant quelques mois. Et puis plus.

Depuis l’envie de me créer une routine matinale autour de la méditation me trotte dans la tête. On reparlera de routine matinale dans un autre billet (oui, je vous dis ça sans arrêt, j’ai plein d’idées à partager ici). La méditation me semble une bonne façon de relancer la machine. Parce que ça ne prend pas trop de temps (enfin ça peut, mais je suis loin dans être là) et que le temps c’est quand même ma ressource la plus précieuse depuis quelques années. Parce que ça ne demande ni matériel coûteux, ni préparation chronophage, ni apprentissage fastidieux, ni performance mesurée et comparée. Et surtout parce que c’est bon. Pour la santé physique et mentale d’abord, il suffit de googliser ça pour avoir une liste de bénéfices longue comme le bras. Mais aussi, et je trouve qu’on en  parle rarement, c’est du plaisir en tranche de quelques minutes. Pas à chaque fois, on est bien d’accord. Parfois on se met en position et rien n’y fait : pas moyen de faire tenir son corps tranquille, de calmer ses émotions 2 secondes d’affilée ou/et d’empêcher son esprit de passer sans arrêt d’une pensée à l’autre. Et d’autres fois, rien ne paraît plus naturel et facile que de rester assis(e) et de ressentir le plaisir d’être simplement. Cette sensation indescriptible qu’on touche du doigt quand les pensées se taisent.

A partir du 1er octobre, je vais donc prendre quelques minutes chaque jour pour n’être là pour personne d’autre que moi. En parler ici, c’est une manière de vous prendre à témoin et de m’engager devant vous, pour ne pas rendre des comptes qu’à moi. Je compte sur vous pour juger sévèrement mes mauvaises excuses en cas d’abandon.

Si ce billet vous a donné envie, voici quelques indications pour débuter :

  • Si vous n’êtes pas confortable assis(e) en tailleur, asseyez-vous sur un coussin ou sur une chaise avec, si c’est possible, le dos bien droit.
  • Portez votre attention sur votre souffle, sans intervenir.
  • Des pensées vont fatalement se bousculer dans votre esprit. Laissez les passer sans vous laisser embarquer, sans les repousser. Revenez au souffle quand vous surprenez votre esprit à vagabonder.
  • Ne soyez pas trop ambitieux(-se), quelques minutes suffiront au départ.
  • L’objectif, ce n’est pas la performance, c’est le plaisir. Savourez les moments où l’esprit s’immobilise.

Si le défi vous intéresse, n’hésitez pas à me le dire (en commentaire ici, sur Facebook, par mail à ernilie@ernilie.com…). Il suffit de créer un petit moment de calme dans votre quotidien pour un mois.

Portez-vous bien,

Ernilie signature

Si cet article vous a plu, merci de le partager ! Vous pouvez nous suivre sur Facebook ou sur Twitter. Pour être averti(e) de la mise en ligne de nouveaux articles et podcasts, inscrivez-vous à la newsletter. Portez-vous bien,

2 Replies to “Défi méditation”

  1. En fait je crois que je médite sans le savoir tous les jours sur mon vélo 🙂

    1. C’est possible. Ce genre d’activité, ça a plutôt tendance à encourager mon esprit à divaguer.
      Il existe des pratiques de méditation en marchant, mais je n’ai jamais testé.

Laisser un commentaire