Être plus efficace en mangeant ses grenouilles avec des tomates

Les grenouilles, c’est une longue histoire ici. On a commencé par essayer de les faire bouillir en parlant de notre tendance à laisser les situations se dégrader. Puis je vous ai expliqué comment les avaler peut vaincre la procrastination. Et enfin on a utilisé une méthode pour choisir les bonnes et faire avancer les choses qui comptent. Aujourd’hui, j’ai envie de vous aider à être plus efficace quand vous avalez vos grenouilles.

Si, comme moi, vous êtes assailli(e) de sollicitations chaque fois que vous vous installez pour réaliser une tâche qui demande un peu de concentration et vous vous retrouvez à faire tout autre chose que ce qui était prévu, cette technique est pour vous. Ces interruptions peuvent venir de l’extérieur : le téléphone qui sonne, un mail urgent à traiter, un dessin d’enfant à admirer, une notification à consulter… Parfois, on n’a même besoin de personne pour se déconcentrer. Il suffit qu’on bute sur une difficulté pour être pris(e) d’une envie irrépressible d’aller faire un petit tour des réseaux sociaux ou de passer l’aspirateur. Il suffit d’une seconde où notre attention est engagée ailleurs pour couper notre élan. Dans le meilleur des cas, on se retrouve à jongler entre plusieurs tâches entamées. Dans le pire, on n’a pas vraiment fait avancer quoi que ce soit.

Pour éviter de se retrouver dans cette situation, je vous propose la méthode développée par Francesco Cirillo à la fin des années 80 : le Pomodoro. Il tire son nom (tomate en italien) du minuteur de cuisine que l’auteur suggère d’utiliser :

 Il propose de monter le minuteur sur 25 minutes et de se consacrer à la tâche que l’on veut réaliser (notre grenouille donc). Et rien d’autre, tant qu’elle n’est pas terminée. Jusqu’à ce que la sonnerie retentisse, il faut s’isoler de toutes les sources de distractions : téléphone, mail, notifications, collègues, enfants… Cette durée, qui correspond à notre capacité de concentration, on va l’appeler un pomodoro.

Au bout des 25 minutes, même si la tâche n’est pas terminée, on s’accorde une pause de 5 minutes. Cette récréation doit être consacrée à une activité qui vous fait plaisir. Elle est doublement importante : elle permet au cerveau de se reposer et active les circuits de neurones de la récompense. Il se crée alors une association travail et plaisir.

Ensuite, on peut se lancer dans un nouveau pomodoro (25 minutes donc). On peut continuer les tâches prioritaires, si elles ne sont pas terminées. Ou répondre aux mails et coups de fil qui sont arrivés pendant le précédent pomodoro. Tous les 4 pomodoros, il faut faire une pause un peu plus longue (15 à 20 minutes).

D’une façon plus générale, définir des plages horaires dans votre journée pour répondre aux sollicitations extérieures peut être un gain d’efficacité important. On peut par exemple envisager de réserver une demi-heure ou une heure chaque matin et chaque après-midi pour répondre aux mails et rappeler les gens qui ont cherché à nous joindre par téléphone. On traite les messages les plus importants en priorité et quand le temps défini est terminé, on peut retourner aux tâches qui nous font avancer.

Cette technique toute simple est redoutablement efficace, car elle utilise le rythme naturel du cerveau. Si vous souhaitez la faire connaître autour de vous, n’hésitez pas à partager cet article, sur la page Facebook du blog. Un petit commentaire, ça fait toujours plaisir aussi. Vous pouvez aussi vous inscrire à la newsletter pour être averti(e) de la parution des nouveaux articles.

On ira plus loin dans le prochain article en abordant les différents modes de pensée et  comment on peut les utiliser pour mieux apprendre et résoudre des problèmes.

Portez-vous bien,

Ernilie signature

Si cet article vous a plu, merci de le partager ! Vous pouvez nous suivre sur Facebook ou sur Twitter. Pour être averti(e) de la mise en ligne de nouveaux articles et podcasts, inscrivez-vous à la newsletter. Portez-vous bien,

3 Replies to “Être plus efficace en mangeant ses grenouilles avec des tomates”

  1. Je n’ai jamais d’envie intempestive de passer l’aspirateur, moi… 😉

    1. Coucou Aurélie,
      Tu fais quoi alors quand tu es prise d’une bonne bouffée de procrastinite ?

  2. Je lurke sur internet généralement. Des fois je dessine ou j’écris des posts sur des forums, voire des articles 🙂

Laisser un commentaire