Il y a un journal dans ma vie

Écrire un journal intime, c’est à la portée de tout le monde. Il suffit d’un simple cahier et d’un stylo. Pas besoin d’une belle écriture, d’un stylo plume ou d’un élégant carnet relié de cuir. On commence par décrire les petites choses de la vie, puis les mots s’enchaînent et le récit s’approfondit. Il y a plein de bonnes raisons de tenir un journal, en voici quelques unes.

Écrire sa vie

Tenir un journal, c’est évidemment garder une trace de notre histoire, pour nous-même ou pour ceux qui le liront plus tard. Parce qu’il y a tant de choses qui échappent finalement à notre mémoire. On s’en rend bien compte quand on a des enfants, car ils changent vite. L’enfant d’aujourd’hui masque souvent celui d’hier, on a tendance les voir tels qu’ils sont maintenant. On suit les transformations de leur corps sur les photos, mais il n’y a pas de photos pour se souvenir d’un trait de caractère, d’une habitude, d’une bêtise, d’une charmante erreur de langage, de petits bras qui viennent vous enlacer… On regrette parfois de ne pas avoir assez de traces de ces instants qu’on pensait se rappeler toute la vie. Évidemment on se souvient des choses importantes. Mais parfois on tombe sur un objet oublié et on est ramené quelques années en arrière par un souvenir qui refait surface. Notre mémoire semblait l’avoir oublié et, sans le secours d’un objet retrouvé par hasard, on aurait peut-être jamais accédé à nouveau à cette tranche de vie passée. Écrire, c’est semer des petits cailloux pour pouvoir revisiter plus tard ces instants de vie.

Écrire au présent

Notre monde est fait de distractions. Notre attention est raccourcie et flottante, portée vers l’extérieur, focalisée sur le passé ou le futur, rarement sur le présent. L’écriture, surtout manuelle, nous engage à la fois physiquement et mentalement. D’autant plus si on essaie de soigner chaque caractère, de donner du style à nos mots ou d’aller chercher notre vérité profonde. Écrire au quotidien entraîne notre cerveau à une concentration plus longue et plus intense. C’est aussi ancrer notre esprit dans le présent.

Nous avons parfois l’impression que notre vie nous échappe, que le temps file sans que nous y prenions vraiment part. Un journal intime peut aussi nous aider à « densifier » notre vie, à utiliser notre temps pour lui donner plus de sens.

Écrire son rôle

Tenir un journal, c’est écrire notre propre rôle dans la vie. Réaliser les choix que nous faisons inconsciemment et ceux que nous laissons les autres faire à notre place. C’est un premier pas vers une vie plus conforme à nos aspirations profondes.

Dans l’article précédent (les grenouilles, vous vous souvenez ?), on a parlé de la nécessité de prendre du recul sur sa propre vie.  Il est parfois difficile de réaliser les émotions qui nous traversent. Dans le feu de l’action, on a du mal à  mettre des mots sur ce que nous ressentons et plus encore à en comprendre l’origine. Prendre quotidiennement le temps de tenir un journal, c’est porter son attention en-dedans, en soi-même, donner notre pleine attention à ce que nous avons ressenti dans les différents événements de la journée. C’est un moyen de conscientiser nos émotions et d’analyser ce qui les déclenche. Au bout de quelques temps, on peut dégager des schémas qui se répètent : type d’événement déclencheur > émotion. Ainsi, on souhaite modifier certains de nos comportements, on peut être plus vigilant pour repérer, sur le moment, les situations qui les génèrent et choisir de réagir autrement quand elles surviennent.

Écrire et apprécier

Il n’est pas toujours évident de se retrouver face à soi-même, face à ses propres contradictions, face à ses failles. Les regarder en face demande du courage et de l’auto-indulgence. Nous sommes souvent notre juge le plus sévère. Nous avons tendance à voir plus facilement nos insuffisances que nos forces. Quand vous attrapez votre plume, gardez bien cela à l’esprit et cherchez au moins autant vos réussites que vos défaites. Écrire un journal, c’est l’occasion d’ouvrir les yeux bien grands. Pour ne pas, pris(e) dans le quotidien, passer à côté de tous les petits et grands bonheurs. C’est une bonne habitude à prendre : tous les jours, écrire au moins une chose qui nous a rendu heureux dans la journée.

Écrire, mais pas que…

 Un journal intime peut prendre de nombreuses formes et permettre d’exprimer ses talents : calligraphie, littérature, dessin, collage… Plus il vous ressemblera et plus vous aurez envie de l’ouvrir et de l’utiliser. Un petit exemple pour le plaisir des yeux :

Travelogue: Relais Sant'Elena

Dessinauteur, Travelogue: Relais Sant’Elena

Écrire et s’organiser ?

Dans le prochain article, je vais vous montrer un chouette système hybride entre un journal intime, un planner et un carnet de notes. Pour être sûr(e) de ne pas le louper, n’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter.

Portez-vous bien,

Ernilie signature

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Si cet article vous a plu, merci de le partager ! Vous pouvez nous suivre sur Facebook ou sur Twitter. Pour être averti(e) de la mise en ligne de nouveaux articles et podcasts, inscrivez-vous à la newsletter. Portez-vous bien,

4 Replies to “Il y a un journal dans ma vie”

  1. Alors là pour le coup, je te suis à 100 %.
    Commencer un BuJo grâce à toi a été souverain. C’est pile-poil ce dont j’avais besoin pour mon équilibre et pour avancer dans mes projets.

  2. Merci Aurélie.
    Le prochain article parle de ça. Je suis très impatiente de mettre ça en ligne mardi. D’ici là, faut que je prenne des photos.

  3. Bravo Ernilie pour toute cette belle énergie, je ne connaissais pas le BuJo !

    1. Merci Michèle, n’hésitez pas à partager l’article s’il vous a plu !

Laisser un commentaire