BuJo : J’ai un deuxième cerveau (et il n’est pas de trop !)

J’utilise un Bullet Journal depuis un bon moment déjà et il ne cesse de se modifier pour s’adapter à mes besoins du moment. En fait, plus je l’utilise et plus il m’est précieux. Je suis impressionnée par le nombre de fonctions qu’il occupe – ou qu’il pourrait occuper – dans mon organisation. À tel point que j’en viens à le considérer comme une extension de mon cerveau. Ou même un deuxième cerveau. D’ailleurs, il n’est pas rare que je dise à mes collègues au milieu d’une conversation : « Bouge pas, je vais chercher mon cerveau pour prendre des notes ».

Je vous propose aujourd’hui un aperçu des nombreuses façons dont le BuJo peut aider ou libérer votre cerveau.

Remarque : si vous n’êtes pas familier(-ière) avec le concept de Bullet Journal, vous trouverez des explications ici. Si vous souhaitez commencer un Bullet Journal, un petit guide est disponible. Pour plus d’articles au sujet du BuJo, reportez-vous à la catégorie correspondante.

Un cerveau pour organiser

C’est la fonction la plus couramment présentée du Bullet Journal. Les calendriers, les suivis d’objectifs et les listes de tâches sont des classiques du BuJo. Personnellement, je préfère gérer mes calendriers en ligne pour partager plus facilement les informations avec mon époux.

Je gère mes projets à moyen et long terme sur Trello. J’y trouve la souplesse dont j’ai besoin pour adapter et affiner en continu mes objectifs. Je peux aussi facilement et progressivement les décomposer jusqu’à arriver à des tâches suffisamment précises pour être réalisables.

Mon BuJo intervient – en ce moment, car ce n’est pas toujours ainsi – à l’échelle de la semaine. Je place les tâches issues de mes tableaux Trello dans ma page hebdomadaire. J’y note aussi les tâches qui se présentent (oui, oui, « life happens »).

Un cerveau pour communiquer

C’est un peu contre-intuitif, mais le BuJo est aussi un outil de communication. Il est très personnel, mais utilisé par des millions de personnes dans le monde. Une communauté très active partage idées, tests et photos. Comme l’adaptation et l’évolution est au cœur du système, l’échange est très utile pour faire progresser sa pratique. Il suffit de taper « Bullet Journal » sur votre moteur de recherche préféré pour vous faire une idée de l’ampleur de cette communauté.

Un cerveau pour se souvenir

Une autre application classique du Bullet Journal. Il peut servir à documenter les évènements de votre vie, à la manière d’un journal intime. Le « journal de gratitude » est très populaire aussi. Le côté religieux de ce terme me gêne un peu, car il dit implicitement que quelqu’un d’autre est responsable de notre félicité et je suis fermement convaincue du contraire. Toutefois, le principe me paraît très pertinent et je le pratique au quotidien. Il s’agit de noter chaque jour les petits et grands bonheurs (ou plaisirs) que l’on a rencontrés. Cette habitude est très intéressante, car elle incite à se concentrer sur ce qu’il y a de positif dans sa vie. Ça change un peu…

J’aime aussi utiliser mon Bullet Journal pour prendre des notes sur mes lectures. Pas sur les romans, mais plutôt sur les ouvrages orientés vers la connaissance. Ça me permet d’y revenir plus tard et de faire une petite « piqûre de rappel » des enseignements que j’en ai tirés.

Enfin utiliser un BuJo peut être un formidable outil pour décharger sa mémoire de tout ce qui l’encombre et consomme une grande énergie mentale : les trucs à faire, les mille choses dont on doit se souvenir… Pour s’en débarrasser sans l’oublier, il suffit de l’écrire dans son Bullet Journal. Une tâche ou une petite note trouveront facilement leur place.

Un cerveau pour créer

J’ai appris que la créativité demande du travail et votre BuJo peut vous aider pour cela aussi. Parfois, les idées viennent d’elles-mêmes et il suffit d’avoir son journal à portée de main pour les noter. On peut aussi être plus actif(ve) et prendre un moment pour aller les chercher. Je n’aurai jamais pensé avant d’en faire l’expérience que prendre une demi-heure devant une page blanche ou mon journal pourrait me permettre d’avoir autant d’idées en si peu de temps. C’est ainsi que je procède régulièrement pour réunir des sujets d’articles.

On peut aussi utiliser son BuJo pour faire des schémas, des mindmaps, le plan et la description des personnages de son prochain roman…

Un cerveau pour ressentir

J’utilise beaucoup mon Bullet Journal pour documenter et analyser mes émotions. Ça me permet déjà de prendre un moment chaque jour pour prendre conscience de ce que je ressens. Ce pas de côté m’assure de relâcher la pression plutôt que « laisser le couvercle sur la cocotte ».

En mettant des mots sur mes émotions, je me donne la possibilité d’agir, plutôt que de réagir. Je peux aussi mieux comprendre quelles situations provoquent quelles réactions et ajuster (quand c’est possible…) mon environnement.

Pendant l’écriture de cet article, je suis même tombée sur une étude relayée par la BBC qui montre qu’écrire sur ses émotions réduit le nombre de visite chez le médecin !

Un cerveau pour réfléchir

Je vous ai déjà parlé de ma revue de processus. Je la réalise chaque semaine dans mon BuJo après ma revue des objectifs. Ces deux pratiques combinées me donnent une clarté vraiment très précieuse pour les jours qui suivent.

Dans ma pratique quotidienne d’écriture dans mon Bullet Journal, j’écris aussi ce qui me trotte dans la tête. C’est fou comme ce qui tourne en rond dans mes pensées, avance bien davantage quand je réfléchis à l’écrit. Les enchaînements se font mieux et j’arrive bien plus rapidement à une conclusion. Je pense que c’est dû au rythme de l’écriture qui oblige la pensée à ralentir et du coup à arrêter de rebondir sans cesse comme dans un flipper. Mon journal me permet de quitter le mode « pilotage automatique » et de conduire réellement ma vie.

J’espère que cet article vous a donné envie de commencer un Bullet Journal ou d’aller encore plus loin avec. Si c’est le cas, n’hésitez pas à m’en faire part !

Portez-vous bien,

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Si cet article vous a plu, merci de le partager ! Vous pouvez nous suivre sur Facebook ou sur Twitter. Pour être averti(e) de la mise en ligne de nouveaux articles et podcasts, inscrivez-vous à la newsletter. LES NOUVEAUX ARTICLES SONT MAINTENANT PUBLIÉS SUR laviechoisie.com Portez-vous bien,

One Reply to “BuJo : J’ai un deuxième cerveau (et il n’est pas de trop !)”

  1. […] le monde ! Je vous propose un petit défi pour la semaine qui vient. J’ai parlé, dans un article tout récent, d’écrire chaque jour ses petites joies et ses grands bonheurs (ou l’inverse !). Tout […]

Laisser un commentaire