Je lis même en me brossant les dents

J’ai commencé à lire pour m’endormir

La lecture a toujours eu une grande importance pour moi. Petite, on m’a lu beaucoup d’histoires et apprendre à lire ne m’a pas posé de problèmes. Au contraire, ça a résolu l’un des petits tracas de mon enfance : ma difficulté à dormir. Je crois que je n’avais tout simplement pas besoin de beaucoup de sommeil. A l’heure du coucher, je passais souvent des heures à essayer de m’endormir. Du coup, je me relevais régulièrement pour boire, aller aux toilettes, réclamer un dernier bisou… Cette situation était une source de tension avec mes parents. Jusqu’au jour où ma mère a fini par me dire de prendre un bouquin et de lire jusqu’à ce que le sommeil arrive de lui-même. Je passais ainsi plusieurs heures à lire chaque soir. Je lisais tout ce qui me tombait sous la main, souvent des livres sortis de la bibliothèque de mes parents à laquelle j’avais accès sans censure.

Je lis moins vite

J’avais une lecture très rapide et photographique, que j’attribue à la façon dont j’ai appris à lire : par la méthode globale. Je scannais le texte pour trouver les mots importants en survolant les mots les plus courts. Je devinais le sens du texte plus que je le déchiffrais. Paradoxalement je lis moins vite maintenant, depuis que j’ai commencé à lire en anglais. Cela m’a obligée à lire tous les mots, à avoir une lecture plus séquentielle. Et ça a changé aussi la façon dont je lis en français. Là où avant je cherchais surtout à suivre une histoire et à arriver rapidement au rebondissement suivant, maintenant j’appréhende et j’apprécie mieux le style d’un livre.

Je lis de tout

Je lis des romans la plupart du temps, de tous les genres, sauf des polars. Ce n’est pas un jugement sur le genre, juste que ça ne me fait pas vibrer de savoir qui a tué qui. J’ai un petit faible pour les romans d’amour (et un gros coup de cœur pour l’œuvre de Jane Austen), mais je peux lire successivement Daniel Pennac, Tolkien (en anglais), Tolstoï (mais pas en russe, hein…), Harry Potter… Bref je suis une lectrice éclectique. Lire des romans me permet de m’évader, de me détendre et fait partie intégrante de mon rituel de coucher. Je lis dès que j’ai 5 minutes et dans des endroits inattendues, même en me brossant les dents. J’ai toujours mon bouquin dans mon sac à main (merci les inventeurs de la liseuse !).

Lire pour apprendre et comprendre

Au quotidien, je suis beaucoup de blogs et de sites sur de nombreux sujets qui m’intéressent : BD, sciences, culture, féminisme, développement personnel, minimalisme, tricot… Ces lectures de quelques minutes se casent facilement lors d’une petite pause ou si je mange seule et sont souvent plus faciles à « digérer » que des publications plus volumineuses. Je peux ainsi me construire au fil du temps une connaissance importante sur les thèmes que je sélectionne.

Je lis aussi des essais, moins souvent, quand j’arrive à avoir le cerveau disponible pour ça. Cela me permet de me plonger dans un sujet plus complexe, d’acquérir des connaissances plus profondes et connectées entre elles. Quand on grappille des connaissances éparses en lisant plusieurs articles sur un sujet, on doit ensuite trouver de quelle façon ces informations s’articulent entre elles. En lisant un (bon) essai, on apprend à la fois les notions et leurs connections sur un temps relativement court.

Lire pour développer son monde intérieur

Lire, c’est voyager dans l’espace et dans le temps, découvrir des lieux et des époques, même imaginaires, d’une façon qui s’adresse directement à nos sens et à notre affect. Notre monde intérieur qui s’enrichit. La lecture permet aussi d’accéder aux émotions et aux sentiments des personnages, d’être un autre pour quelques instants. Je ne connais pas de meilleure façon d’apprendre la tolérance que de se mettre dans les chaussures de quelqu’un d’autre. Il y a des livres qui bouleversent profondément la façon dont on appréhende certaines situations en nous plaçant dans la peau d’un personnage dont nous aurions, à première vue, condamné les actions.

Lire est une rencontre

En lisant, on entre de plein pied dans le monde intérieur de l’auteur. Et ce monde intérieur peut résonner avec notre sensibilité… ou pas. L’écriture, l’univers, les personnages ne nous « parlent » pas toujours. Je suis convaincue que ceux qui n’aiment vraiment pas lire sont juste des gens qui n’ont pas (encore) rencontré les livres qui feront vibrer leur propre monde intérieur. Si on part de ce principe, il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises lectures, juste des livres qui s’adressent à des personnes différentes.

Et vous, comment lisez-vous ? Avez-vous des habitudes de lecture insolites ? Quel livre a changé votre regard ? Bref parlez-moi de vos lectures, en commentaires ou sur Facebook.

Portez-vous bien,

Ernilie signature

Si cet article vous a plu, merci de le partager ! Vous pouvez nous suivre sur Facebook ou sur Twitter. Pour être averti(e) de la mise en ligne de nouveaux articles et podcasts, inscrivez-vous à la newsletter. LES NOUVEAUX ARTICLES SONT MAINTENANT PUBLIÉS SUR laviechoisie.com Portez-vous bien,

2 Replies to “Je lis même en me brossant les dents”

  1. Bonjour!
    J’aime lire le matin au calme pendant que je déjeune et pendant les vacances. Avant je lisais beaucoup le soir aussi pour m endormir, mais je me suis rendu compte il y a quelque temps que mes lectures du soir n avançaient pas (à force de relire sans arrêt la même phrase entre 2 assoupissement !! Forcément ça ne peut pas avancer).
    Je suis devenue une « petite » lectrice mais la lecture reste pour moi un loisir à part entière, j ai toujours un livre ouvert sur la table prêt pour le petit déjeuner et ma liseuse sur la table de chevet (je lis en cas d’insomnie).
    Merci et bonne journée
    Loulou

Laisser un commentaire