J’ai pas le temps

On a tous plein de rêves et d’envies. Et seulement 24h par jour, c’est loin de suffire ! Sérieusement, combien de fois dis-tu « J’ai pas le temps » chaque jour ? Je parie que ça concerne souvent des trucs importants : prendre soin de sa santé, passer des bons moments avec ses enfants, faire du sport… J’ai déjà écrit sur le temps, notamment dans cet article, mais c’est un sujet qui me tient à cœur. En effet, j’essaie modestement (ou pas d’ailleurs, mais c’est un autre débat) de t’aider à transformer ta vie. Le temps est le nerf de la guerre sur ce chemin-là.

Depuis le temps que j’écris ici, tu as certainement remarqué que j’ai des références musicales qui datent un peu beaucoup. Comme ça fait longtemps que je n’ai pas posté une chanson, je varie avec du Fugain :

Temps perçu

Je suis sûre que, comme moi, tu as souvent l’impression que rien ne va assez vite : les enfants (je dis ça tout à fait au hasard !), la file à la caisse du supermarché, et même la cafetière n’y met pas du sien le matin…

On sait, depuis Albert Einstein, que le temps est relatif et ne s’écoule pas de la même façon pour chacun. Le temps est une perception, la sensation de ce qui change en nous, un reflet de notre monde intérieur. Tout comme nous ne voyons pas forcément les couleurs dans les mêmes teintes exactes, nous ne percevons pas le temps de la même façon.

Et nous pouvons changer cette perception. Si nous décidions tout à coup que nous avons le temps ? Est-ce que ce serait si grave de marcher tranquillement de l’école à la voiture après avoir accompagné les enfants ? Un peu de paix et quelques respirations calmes avant de démarrer une journée de boulot ne valent-elles pas quelques secondes perdues ?

C’est exactement ce que j’essaie de réaliser en ce moment. Et la résistance de mon mental à cette démarche est assez impressionnante. Je suis conditionnée à être pressée en permanence et je lutte pour revenir à plus de sérénité.

Faire un pas de côté et réaliser que personne ne va mourir si je ne réponds pas à ce mail dans les 3 minutes. Relativiser. C’est pas gagné, mais j’y travaille, avec autant de bienveillance envers moi-même que possible.

Temps paradoxal

Quand on y réfléchit bien, le temps ne nous appartient pas. Le passé est tel qu’il est et on ne peut plus rien y faire. On ne maîtrise pas l’avenir, il est plein d’imprévus. Le présent est notre seule possession et il nous file entre les doigts.

Pourtant, le temps est la ressource la mieux partagée au monde. On a tous à notre disposition 60min à chaque heure, 24h par jour et 168h par semaine.

On a déjà parlé, il y a un moment, de temps contraint et de temps choisi. La seule chose sur laquelle nous avons prise, c’est sur notre intention. Comment on utilise notre temps choisi. Et ce n’est pas rien. Passer 2 heures par jour sur les réseaux sociaux ou sur Candy Crush, c’est une décision. Même si elle n’est pas consciente.

Je suis toujours un peu surprise quand une nana tirée à quatre épingles, qui a visiblement passé 1h30 ce matin dans sa salle de bains pour se préparer, me dit qu’elle n’a pas le temps de lire. Je ne juge pas. Mes choix sont certainement tout aussi surprenants.

Ce que je veux dire, c’est que nous avons chacun nos priorités. Conscientes ou non. Si je ne suis pas lucide sur ce qui accapare mon temps, il y a des chances que ma vie ne corresponde pas à mes aspirations. Prendre conscience de ce qui occupe sa vie, c’est un premier pas pour décider.

Temps mesuré

Je te propose donc un petit exercice assez simple pour les jours qui viennent : pour chaque plage de temps choisi dans votre journée, note à quoi tu la consacres. Tu peux utiliser un minuteur qui sonne tous les quarts d’heure (par exemple) si tu as peur de louper quelque chose.

A la fin de la semaine, fais un total pour chaque activité. Je suis sûre que tu seras surpris(e). Des passe-temps qui semblent tout à fait innocents peuvent se transformer en gouffre sans fond sans qu’on s’en rende compte. Ce n’est pas un hasard si j’ai cité les réseaux sociaux et Candy Crush. Pour ma part, je me laisserai assez facilement happer par un jeu vidéo par exemple.

Tu peux partager les résultats dans les commentaires au-dessous ou sur Facebook. Maintenant, au lieu de dire « Je n’ai pas le temps », tu peux plutôt formuler « Ce n’est pas ma priorité » ou « Je choisis de faire autre chose à la place ». N’oublie pas de t’inscrire à la newsletter pour ne louper aucun article, si ce n’est pas déjà fait !

PS : j’ai décidé de changer un peu de ton en passant du vouvoiement au tutoiement. Ça m’intéresse de savoir ce que tu en penses ! Le « tu » ne me vient pas facilement à l’écrit et j’ai un peu lutté pour rédiger cet article, mais je sais aussi que j’utilise inconsciemment le vouvoiement pour me protéger en créant une distance avec la personne en face. C’est un réflexe de timide contre lequel j’essaie de lutter. Cette distance est le contraire de ce que je veux initier comme relation avec vous toi !

Porte-toi bien,

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Si cet article vous a plu, merci de le partager ! Vous pouvez nous suivre sur Facebook ou sur Twitter. Pour être averti(e) de la mise en ligne de nouveaux articles et podcasts, inscrivez-vous à la newsletter. LES NOUVEAUX ARTICLES SONT MAINTENANT PUBLIÉS SUR laviechoisie.com Portez-vous bien,

10 Replies to “J’ai pas le temps”

  1. Tout comme toi j’ai l’impression de n’avoir jamais le temps de rien.
    Quand je me dis « Génial, j’ai une journée entière sans rien de prévu, je vais enfin pouvoir faire plein de chose que je néglige habituellement ! » et bien c’est à ce moment là que je me retrouve à ne « rien » faire et à me rendre compte à quel point j’ai besoin de relâcher la pression…
    J’ai très très très envie de suivre ton conseil mais je me dis que « je n’aurais pas le temps » ^^

    1. Salut Mellodia et merci de partager ta situation.
      Je suis aussi passée par là et ça m’arrive encore. Ce qui m’aide beaucoup en fait, c’est d’avoir fait le point sur ce qui est important pour moi. Ça me donne un filtre pour juger de l’intérêt d’une activité plutôt que d’une autre.
      Parmi mes priorités, ma santé mentale figure en bonne place, donc j’essaie aussi de m’autoriser sans culpabiliser suffisamment de temps de cerveau au point mort pour être opérationnelle le reste du temps. Si le « rien » que tu évoques t’évite l’asile psychiatrique à moyen terme, c’est du bon « rien », non ?

  2. Eh bien moi, qui suit tjrs dans la file la plus lente au supermarché , tjrs à fond car en retard :/ ou l impression de l être …. je profite du temps d attente à la caisse pour faire des respirations « par le ventre » – je m accorde comme une pause …. Enfin, je vois le verre à moitié plein. :)))
    Le matin j ai pris le partit de m habiller avant de réveiller les enfants ce qui me fait gagner quelques Minutes et je peux m occuper de moi pendant qlq secondes le matin…. et le soir Qd tous les enfants sont au lit – je file faire un mini balade de 20 Minutes avec mes « micro-chiens » – Mon – moment de calme – c est ma soupape de décompression !!!
    J ai un bullet journal depuis 3-4 semaines et c est génial 🙂 c est une extension mémoire trop bien!
    Je note une tâche ou autre et je le fais au jour prévu! J arrive à me trouver qlq Minutes par-ci par-là 🙂 et Ca c est deja bcp !!! Du coup j ai planifié un peu les vacances et j ai prévu de faire un carnet de voyage avec les enfants … mieux que des photos qui restent sur le tel – et mieux que de garder les entrées des musées ou autre ds mon portefeuille pendant x temps….

    1. Bonjour Questmarie et merci de prendre la peine d’écrire, ça fait toujours plaisir de voir des réactions !
      Je suis ravie que tu trouves quelques minutes pour toi dans la journée et surtout la conscience de les apprécier. Je suis heureuse d’avoir pu contribuer à te mettre sur le chemin du Bullet Journal, c’est souvent une chouette rencontre avec soi-même 🙂

  3. On a très vite fait de passer 1h sur les réseaux sociaux ou autre!

    C’est pourquoi, j’ai décidé il y a une semaine, de passer 10mn max sur facebook, idem pour pinterest et 10mn à tout autre papillonage webique.
    En gros j’ai un crédit de 30mn journalier pour surfer sur internet inutilement en pleine conscience et sans culpabilité.
    Je peux utiliser les 30mn en fractionné ou d’un seul coup dans la journée.
    Le crédit n’est pas cumulable. Si j’ai surfé 10mn un jour, j’aurais 30mn le lendemain (sinon on ne s’en sort plus et cela perd tout l’intérêt je trouve)

    Bref, en faisant ça, on se rend compte que ça dégage du temps pour faire des choses bien plus intéressantes!

    1. Salut Nonam,
      J’adooore ton idée de compte « surf no brain ». Ça me parle beaucoup. On pourrait aussi imaginer créditer le compte en réalisant les tâches que l’on a tendance à remettre à plus tard. Genre si je nettoie la suisine, je m’octroie un quart d’heure de Facebook après…

  4. Alors oui et non.

    NON car Disons que pour moi il y a deux types de surf:
    l’inutile, qui englobe regarder les photos de vacances de ses amis sur facebook, se laisser aller de lien en lien sur des vidéos ou des articles, sans but, juste comme ça. Comme tu le dis si bien le « surf no brain ».
    Puis il y a le surf utile où on a un but, une recherche précise que ce soit pour le boulot ou pour préparer des vacances.

    C’est le « surf no brain » que j’ai cherché à réduire. Le but n’étant pas de me rajouter de ce temps-là, même pour me récompenser. Mais plutôt de me prouver à moi-même que 30mn consacré à ça quotidiennement était largement suffisant.

    OUI
    Car, dans le cas des grosses journées où l’ont ne sort pas la tête de l’eau et où l’on repousse des tâches de type ménage ou autre, se dire qu’on se récompense avec du crédit « surf no brain » peut faire du bien au moral!

    1. Je pensais plutôt à un compte qui démarre à zéro ou presque chaque jour. En même temps, il y a des jours où on est bonne à rien (#aujourdhui !) et il faut aussi un peu de bienveillance envers soi même 🙂

  5. Bonsoir à ttes,
    En ce qui me concerne, je vais de moins en moins sur facebook, et me fais violence avec pinterest car lui, c’est vraiment un gouffre à temps mais en même temps un outils d’inspiration sans fin !!!
    Comme j’ai décidé de reprendre mes activités de cartonnage, et conception de meuble en cartons en vue de compléter mon métier actuel à temps partiel. Je me suis vraiment reprise main depuis mon déménagement il y a un mois, et je me rend compte chaque jours que tous les conseils prodigués sur ton site et d’autre que je suis en terme d’organisation et développement personnel sont vraiment utiles. Je t’en remerci encore et personnellement je préfère le tutoiement.

    1. Bonjour Laurence,
      C’est sûre que sur les thématiques créatives, lancer Pinterest, c’est ouvrir une faille dans l’espace temps : on ne sait jamais quand on va en ressortir. Ça demande pas mal de discipline pour ne pas dériver de ce qu’on cherchait au départ. D’où le minuteur…
      Ça me ferait plaisir de voir tes créations. Tu peux poster un lien (ou l’envoyer par mail si tu préfères que ça reste privé) ?

Laisser un commentaire