Utilisez efficacement votre cerveau avec les cartes mentales

Il y a une technique que j’aurais aimé connaître plus tôt : la carte mentale. Elle m’aurait été très précieuse pendant ma scolarité et mes études. Aujourd’hui, elle joue un rôle important dans mon processus de réflexion.

Avez-vous déjà rencontré des difficultés pour apprendre de nombreuses informations, un cours par exemple ? Pour réfléchir et mettre de l’ordre dans vos pensées ? Pour imaginer des solutions à vos problèmes et avoir de nouvelles idées ? Si vous avez répondu “oui” à l’une de ces questions, apprendre à créer des cartes mentales peut révolutionner votre approche et améliorer vos performances.

C’est quoi une carte mentale ?

Ce principe a été formalisé en 1971 par Tony Buzan, même si on peut en trouver des traces qui remontent au moins à l’Antiquité. Pour construire ce concept, Buzan s’appuie sur la psychologie, la neuropsychologie, la sémantique, la neurolinguistique, la théorie de l’information, la mémoire…

L’anglais mind map peut se traduire de plusieurs façons en français : carte mentale, carte heuristique, schéma de pensée, cartes des idées… Sans qu’aucune ne reflète précisément le terme d’origine qui est du coup souvent utilisé, même en français. Je retiens le terme de carte mentale parce que c’est le plus utilisé.

Cette technique permet de visualiser les relations entre différentes informations et de les hiérarchiser. Autour d’un thème central, on trace autant de branches qu’il y a d’idées principales. Chaque branche peut à son tour se diviser en idées secondaires.

Voici quelques exemples de cartes mentales :

www.lsav.fr
www.cosmopolitan.fr
Ma carte mentale pour cet article

On peut créer une mind map à la main, simplement avec un papier et un crayon. Il existe également des logiciels, des applications et des sites pour créer des cartes mentales en ligne. Je ne les ai pas testées, mais une simple recherche permet d’en trouver des dizaines.

Comment créer une carte mentale ?

Vous le savez, j’aime les outils simples et adaptables. La carte mentale rentre parfaitement dans ce cadre. Les outils numériques permettent de tracer des mindmaps bien propres, mais je préfère de loin un crayon et un papier. Même si le résultat n’est pas aussi élégant, je trouve le processus bien plus efficace à la main. Le geste d’écrire et de tracer est en prise directe avec la pensée, bien davantage que par l’intermédiaire d’un clavier.

On dispose la feuille au format paysage pour avoir autant de place que possible pour exprimer ses idées. Au centre, on va inscrire le thème de la carte mentale. On peut aussi le dessiner. À partir de ce sujet central, on va tracer autant de branches qu’il y a d’idées principales. Chaque branche peut se diviser à son tour autant de fois que nécessaire. On obtient ainsi une sorte d’arbre. On utilise des mots-clés pour nommer chaque élément.

Le sens de lecture est important. Conventionnellement, on tourne dans le sens des aiguilles d’une montre depuis le coin en haut à droite de la feuille, jusqu’au coin en haut à gauche de la feuille :

Tout ce qui permet d’améliorer l’impact visuel, est le bienvenu. Vous pouvez dessiner, coller des photos, jouer sur les couleurs pour ancrer le résultat dans votre esprit. Il ne faut pas hésiter non plus à utiliser des métaphores et des associations d’idées.

Quelques astuces :

  • Quand une branche ou une sous-branche devient trop détaillée, on peut en faire une nouvelle carte mentale à part entière
  • Il faut parfois plusieurs essais avant de tracer une carte mentale. Pour faire de la place pour une idée à laquelle on n’avait pas pensé au départ ou pour modifier l’ordre des éléments par exemple. Chaque itération apporte un nouveau regard sur le thème et donc potentiellement de nouvelles idées.

Pourquoi une carte mentale ?

Comme vous pouvez le constater, créer une carte mentale est très simple. On peut l’apprendre et l’utiliser très jeune. Le principe est très facile à enseigner et les enfants, comme les adultes, peuvent s’en emparer et l’adapter à leur besoin.

Si la carte mentale mentale fonctionne si bien, c’est qu’elle reflète le comportement du cerveau. Elle permet d’extérioriser ce qui se passe à l’intérieur. Comme notre esprit, elle est visuelle, spatiale associative et non-linéaire.

Chez les humains, les aires visuelles et spatiales du cerveau sont très développées. Ceci était très utile à nos ancêtres chasseurs-cueilleurs qui devaient déceler rapidement les dangers autour d’eux et se repérer aisément dans leur espace (pour retrouver un site riche en nourriture par exemple). Notre mode de vie peut avoir évolué depuis, notre cerveau reste essentiellement organisé de la même façon.

La carte mentale utilise donc des circuits neuronaux très agiles. On peut ainsi transformer une information très abstraite que le cerveau a des difficultés à appréhender en une information visuelle et spatiale avec laquelle il est plus à l’aise.

Comme le cerveau, la carte mentale travaille en établissant des relations entre les informations. La pensée ne se déroule pas d’un point A à un point B de façon séquentielle, sauf si on réalise un exercice maintes fois répété qui utilise un circuit spécifique. La pensée “créatrice” part du point A et “rebondit” d’une idée à l’autre comme dans un flipper. Elle peut revenir en arrière. De la même façon, la carte mentale permet d’ajouter des branches ou des sous-branches en tout point.

Une mind map peut être destinée seulement à l’usage de celui qui la dessine. Elle sera dans ce cas-là très libre et personnelle. Mais une carte mentale peut aussi être un outil intéressant pour transmettre ses idées. Dans ce cas-là, il faut se plier à certaines conventions (sens de lecture par exemple) et éviter les associations trop subjectives.

Pour quoi faire ?

La carte mentale peut être un outil très puissant pour prendre des notes et ensuite apprendre. Un étudiant peut par exemple dresser une carte mentale de son cours en révisant. Visualiser les relations entre les différents éléments permet souvent de mieux comprendre. Il suffit par la suite de mémoriser la mind map et de la reconstruire intérieurement pour apprendre la leçon. C’est bien plus facile que de retenir du texte.

La carte mentale est aussi très utile pour avoir des idées et bâtir un plan. Je l’utilise toujours quand je prépare un article. Je note les thèmes au fur et à mesure que ma réflexion se déploie. Je fais souvent plusieurs versions avant de me lancer dans la rédaction. De la même façon, je fais des mind maps pour résoudre des problèmes. Il suffit souvent de noter tous les éléments qui interviennent pour commencer à envisager des pistes de solutions.

Les mind maps peuvent aussi être très efficaces pour gérer des listes de tâches ou des projets. Moyennant quelques icônes, on peut facilement visualiser ce qui est fait, ce qui reste à faire, ce qui est important.

Je suis curieuse de connaître votre avis sur les cartes mentales. Les utilisez-vous déjà ? Pour quelles applications ? Si vous les découvrez ici, avez-vous envie de tester cette démarche ? Vous pouvez répondre dans les commentaires ci-dessous ou sur Facebook. N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter pour recevoir un petit message quand je publie un nouvel article.

Portez-vous bien,

 

 

Enregistrer

Si cet article vous a plu, merci de le partager ! Vous pouvez nous suivre sur Facebook ou sur Twitter. Pour être averti(e) de la mise en ligne de nouveaux articles et podcasts, inscrivez-vous à la newsletter. Portez-vous bien,

Laisser un commentaire